Le tribunal administratif de Strasbourg a suspendu une décision du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) de la Moselle visant à interdire la prise de garde de 2 pompiers professionnels au motif qu’ils portaient une moustache ou un bouc. La direction avait en effet exigé de 25 pompiers qu’ils se rasent considérant que leur pilosité faciale était incompatible avec le port en toute sécurité d’un masque FFP2.

Si plusieurs pompiers ont obtempéré au cours de la période, 12 d’entre eux ont déposé plainte pour discrimination en raison de l’apparence physique considérant qu’ils appliquaient parfaitement la note de service et la notice du constructeur des masques FFP2 qui stipule que les joints doivent reposer sur la peau nue et 2 d’entre eux ont saisi le tribunal administratif jugeant que le refus de garde et le renvoi à leur domicile constituait une sanction. Le référé du TA a reconnu la sanction injustifiée (TA Strasbourg, 11/05/20, MM. X et Y c/ SDIS de la Moselle, n° 2002777 et 2002779)